International Hair Loss Forum - NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

découvrez les résultats illustrés des membres du forum
Messages: 32
Inscription: 22 Juin 2018, 17:30

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar doctorxxx » 29 Nov 2018, 08:02

il faut que vous regardiez le greffe de damien FERRY sur youtube qui a payé 2500 euro norwood 4 -5 pour comprendre l sentiment de NAGUA Qui a payé + 12500 euro pour norwood 3

Avatar de l’utilisateur
Messages: 306
Inscription: 23 Fév 2018, 21:27

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar epilef » 29 Nov 2018, 08:50

doctorxxx a écrit:il faut que vous regardiez le greffe de damien FERRY sur youtube qui a payé 2500 euro norwood 4 -5 pour comprendre l sentiment de NAGUA Qui a payé + 12500 euro pour norwood 3


Il avait même payé moins que ça de mémoire, genre plus 2000 que 2500.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 624
Inscription: 03 Avr 2017, 22:13

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Nagualito » 29 Nov 2018, 16:27

doctorxxx a écrit:il faut que vous regardiez le greffe de damien FERRY sur youtube qui a payé 2500 euro norwood 4 -5 pour comprendre l sentiment de NAGUA Qui a payé + 12500 euro pour norwood 3


Hello ! Merci pour l'info sur Damien, je ne connaissais pas, j'ai regardé ses vidéos, il en est à 8 mois, effectivement un très bon résultat. Moi je suis comme lui à 5 mois. Et encore. Ce n'est même pas le fait d'avoir déboursé 12500€ qui me fout les boules, c'est que le résultat ne soit pas là. Un excellent résultat pour ce prix là m'aurait très bien été...
54 ans
Minoxidil de 1988 à février 2019 (2% puis 5%) 2 x jour
Finastéride 5mg depuis 2000 - 1,25mg 1 x jour
Intervention Dr Koray Erdogan février 2018 : 5047 FUE
http://www.international-hairlossforum.com/post135750.html#p135750

Messages: 50
Inscription: 26 Mai 2015, 15:34

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar FOUTUFOU » 29 Nov 2018, 18:39

Je peux comprendre ton insatisfaction . Moi, tu sais , je rêverais d'avoir ta coupe et ta densité ...

Bref , il n'y a rien de " sur " dans la greffe .
La ZD , la qualité du cheveu , l'épaisseur etc ...
Une greffe peut bien prendre ou pas ..
Rien ne nous dit aussi que dans certains c'est la fina couplé à la greffe qui rend un résultat de fou . Si le Dr Koray demande expressement de prendre de la fina c'est aussi pour espérer que ca va booster sa greffe et les primitifs .
On fera les comptes aussi dans 10 ans , j'ai perdu beaucoup de cheveux greffés aussi au fil du temps . Ne croyez pas que tout restera intacte . Bref , je m'égare .

Bon courage à toi !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3711
Inscription: 03 Oct 2014, 15:38

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar hairfun » 05 Déc 2018, 14:57

le résultat n'est pour l'instant toujours pas a la hauteur de 5000 greffons ( avec une pointure de la greffe en plus.. :( ) et qui possède encore de nombreux "primitifs" tout de même.

mettre du toppik en plus à vie n'est pas une solution non plus...

tu fais pas chauve mais qui commence à se "clairsemé", donc effectivement il faut trouver la "hauteur" de coupe intermédiaire qui te plait le plus et atténue la calvitie.

Mon conseil tente plusieurs "sabot" avec la tondeuse en partant du plus long vers le plus bas. moi j'avais fait ça quand je commençais à perdre un peu sur le vertex et on trouve toujours une hauteur de coupe qui nous plait.

et je suis d'accord avec toi, l'argument de l'âge ne tient pas..la greffe prend ou pas pour d'autres raison! il y a de nombreux cas de 50 ou 70 ans que la greffe est nickel!
48 ans - Prise FINASTERIDE : depuis 1999

Avatar de l’utilisateur
Messages: 624
Inscription: 03 Avr 2017, 22:13

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Nagualito » 05 Déc 2018, 14:59

Salut Hairfun ! Toujours le mot juste... :D

Eh bien écoute là je ne me suis pas emmerdé, une coupe sans sabot, j'ai 3 mm sur le caillou ! Ah ah ah !!! :mrgreen:

Je vais passer au Dutastéride, voir... 6 mois pour commencer.
Dernière édition par Nagualito le 05 Déc 2018, 15:08, édité 1 fois.
54 ans
Minoxidil de 1988 à février 2019 (2% puis 5%) 2 x jour
Finastéride 5mg depuis 2000 - 1,25mg 1 x jour
Intervention Dr Koray Erdogan février 2018 : 5047 FUE
http://www.international-hairlossforum.com/post135750.html#p135750

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3711
Inscription: 03 Oct 2014, 15:38

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar hairfun » 05 Déc 2018, 15:07

c est vrai qu'après une greffe ça fait chier de devoir couper très court, l'important c est que tu te plaise! ;)

moi si je perd plus de cheveux dans l'avenir j'ai la même option que toi, car à 3 mm tout le monde aime ma coupe.

moi j'aime bien aussi, mais comme on aime voir pousser nos cheveux et faire des coupes ont repousse l'échéance... :D
48 ans - Prise FINASTERIDE : depuis 1999

Messages: 112
Inscription: 12 Mai 2018, 09:03

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar vavik » 09 Déc 2018, 07:51

Nagualito a écrit:Hello epilef ! Merci de ton retour ;)

Non il n'y a pas d'évolution. Cela vient du fait que ma tête n'est pas inclinée exactement de la même manière sur ces 2 photos, et que la lumière du jour est plus faible aujourd'hui qu'il y a un mois. C'est hyper clairsemé, ça fait mec qui perd ses tifs, pas qui a eu une intervention de 5000 UF.


La dernière photo est en effet assez évocatrice. Tu as raison de ne pas être satisfait mais c'est comme ça et il faut faire avec. Je suis dans le même cas que toi après 7 mois et demie - même si mon alopécie limitée aux seuls golfes était bien plus légère.

L'essentiel de la repousse est en effet fixé vers 4-5 mois sauf exceptions, c'est un fait peu contestable. Après c'est surtout une question de gain en épaisseur et de calibrage. Dans mon cas plus de greffons sont sortis côté gauche que droit, mais le résultat reste minable, avec des "trous" entre deux cheveux et une densité de toute manière inexistante (10/15 uf par cm² grosso-modo. J'ai d'ailleurs appris lors d'une consultation dans une autre clinique qu'ils avaient utilisé presqu'exclusivement des simples même derrière la ligne frontale !) sur les zones où ça a un peu "mieux" poussé. Ils m'ont annoncé 1000 greffons mais je suis de plus en plus persuadé que c'est faux. Je n'ai eu aucun décompte précis en toute hypothèse, ce qui est plus qu'étrange. J'essaie de récupérer mes photos post-op pour avoir une évaluation par des vrais professionnels mais ils font la sourde oreille depuis plus d'un mois et demie...Je vais aller les voir directement, les messages ne servant à rien car ils n'y répondent même pas.

La seule différence c'est, en ce qui me concerne, que ce n'était pas un "top doc", et encore moins une "top clinique". Mais je connaissais pas ce forum à l'époque sans quoi je ne me serais certainement pas engagé avec ces gens-là, d'autant qu'il y a une clinique sérieuse à 5 mn de chez moi !

Même si ça pèse sur le moral, garde courage et continue à prendre tes traitements outre des compléments qui ne peuvent pas faire de mal. Il y aura peut-être une amélioration, même si ce n'est pas une "révolution"...

Messages: 293
Inscription: 13 Déc 2017, 11:47

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar invictae » 10 Déc 2018, 15:30

Je comprends ta déception... Ta situation est clairement meilleure qu'en pré op mais avec 5000 greffons tu pouvais vraiment espérer mieux. En tous cas tu peux te dire que tu as mis toute les chances de ton côté. De ce point de vu pas de regrets à avoir. J'espère que tu auras des réponses de la clinique sur les causes possibles et peut être des compensations si tu souhaites retenter quelque chose un jour. Même si évidemment tout ça ne fera pas plus sortir les greffons. Bon courage!
FUE 1850 Dr De Reys en novembre 2018
invictae-1800-fue-reys-2018-t9920.html

Avatar de l’utilisateur
Messages: 306
Inscription: 23 Fév 2018, 21:27

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar epilef » 23 Déc 2018, 09:57

salut Nagua,

avant de festoyer la noël, une petite évolution à M+10 ??

Messages: 10
Inscription: 24 Déc 2018, 23:49
Localisation: Paris

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Slayz » 02 Jan 2019, 23:53

Salut Nagualito,

Tout d'abord content que ta repousse se passe bien :)

Je me permets de te contacter car j'aimerai avoir quelque infos sur le docteur Koray et comment la procédure ce passe avec lui et sa clinique .

Aurais tu l'amabilité de m'envoyer un mail ou un texto pour que l'on puisse en parler .

Telephone:0605708427
Mail: mendw93@gmail.com

En espérant te lire.

Merci à toi et bonne repousse à toi :)

Avatar de l’utilisateur
Messages: 624
Inscription: 03 Avr 2017, 22:13

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Nagualito » 06 Jan 2019, 14:14

epilef a écrit:salut Nagua,

avant de festoyer la noël, une petite évolution à M+10 ??



Hello epilef !

Je ne remets pas de photos pour l'instant, comme je l'ai dit plusieurs fois au fil de mes dernières majs ces derniers mois, il n'y a aucune évolution depuis M5. Donc si tu veux te rendre compte de là où j'en suis, tu regardes mes photos entre M5 et M9, tu seras fixé. ;)

Nouvelles photos à M12, fin février, histoire de...

Seule nouveauté, j'ai abandonné le Finastéride pour passer au Dutastéride depuis 15 jours. Aucun ES à signaler pour le moment, et même, d'un point de vue sexuel, sperme plus abondant et moins "liquide" qu'avec le Finastéride. Aucune perte de libido et pas de problème d'érection, ni douleurs testicules, ni gynécomastie. Je surveille les tifs voir si cela donne une amélioration, trop tôt pour l'instant je pense.

That's All Folk!
54 ans
Minoxidil de 1988 à février 2019 (2% puis 5%) 2 x jour
Finastéride 5mg depuis 2000 - 1,25mg 1 x jour
Intervention Dr Koray Erdogan février 2018 : 5047 FUE
http://www.international-hairlossforum.com/post135750.html#p135750

Avatar de l’utilisateur
Messages: 624
Inscription: 03 Avr 2017, 22:13

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Nagualito » 06 Jan 2019, 14:30

Slayz a écrit:Salut Nagualito,

Tout d'abord content que ta repousse se passe bien :)

Je me permets de te contacter car j'aimerai avoir quelque infos sur le docteur Koray et comment la procédure ce passe avec lui et sa clinique .

Aurais tu l'amabilité de m'envoyer un mail ou un texto pour que l'on puisse en parler .

Telephone:............
Mail: .............

En espérant te lire.

Merci à toi et bonne repousse à toi :)


Salut Slayz,

ne le prends pas mal mais ton post me fait rire. Tu m'écris : "Tout d'abord content que ta repousse se passe bien :)" alors que ça fait des mois que j'affirme le contraire, que j'écris ici que je ne suis pas content, que je suis déçu, que le résultat de cette greffe est loin d'être à la hauteur de mes espérances. J'en déduis que tu n'as donc absolument rien lu de mon sujet, ce qui n'est pas grave en soi. Cependant, si tu l'avais un peu parcouru, sans doute ne me demanderais-tu pas >>>

"Je me permets de te contacter car j'aimerai avoir quelque infos sur le docteur Koray et comment la procédure ce passe avec lui et sa clinique. Aurais tu l'amabilité de m'envoyer un mail ou un texto pour que l'on puisse en parler."

A ton avis, pourquoi me suis-je fendu d'un sujet aussi long et surtout aussi détaillé justement pour décrire comment la procédure se passe avec lui et sa clinique ? Tout simplement pour que les futurs greffés, les hésitants, ceux qui cherchent, comme toi, trouvent dans mon sujet un maximum d'informations répondant à leurs questions. Tu as un descriptif complet de la procédure, depuis la première consultation avec Koray dans son bureau jusqu'aux premiers soins post op après le second jour d'opé, dans les premières pages de mon sujet.

Je te recopie les infos à la fin de ma réponse.

Donc, je ne te contacterai ni par email ni par sms ou appel phone, pas par manque d'amabilité, mais bien parce que je pense que tu peux faire un effort et lire ce qui suit. Maintenant, un conseil, tu en fais ce que tu veux, ne laisse pas trainer ton adresse email ni ton téléphone sur les pages d'un forum, quel qu'il soit.

Bon courage pour tout... ;)

Les infos que tu recherches >>>

J-0 : j'atterris à 13h heure locale, un des chauffeurs m’attend et me conduit de l'aéroport à mon hôtel. A peine étais-je avec lui qu'il appelait Melisa, coordinatrice et traductrice pour les patients français et francophones, qui s'assurait que mon voyage s'était bien passé et m'expliquait la suite des événements, à savoir qu'elle me téléphonerait le lendemain matin pour me donner l'heure de ma consultation avec le Dr Erdogan l’après-midi.
A l'hôtel je découvre le SPA et les salles de fitness et muscu de l'hôtel, la piscine couverte, le sauna, le hammam, les bains vapeurs, le salon relaxation : je m'en donne à coeur joie le jour-même ainsi que le lendemain, sachant que je serai privé de sport pour un mois dès le surlendemain. Top !
Vers 20h je retrouve le surnommé “laboule” sur ce forum, qui vient de sortir de sa première journée d'opé. Nous avions échangé ici même puis au téléphone, mais nous ne nous étions pas encore rencontrés. Chose faite, on dîne ensemble et on se marre bien. Déjà un pote. Il me raconte son entretien de la veille et sa journée d'intervention. Il m'affirme avoir eu des centaines de piqûres anesthésiantes sur le crâne, qui font un mal de chien... La douleur je veux bien, mais le nombre je lui dis qu'il doit se tromper. Non non, me dit-il, il est sûr de lui. Le gaillard a l'air fort sympathique, est drôle, mais il fait 1m93, pèse 110 ks et pratique les arts martiaux depuis très longtemps, je ferme donc ma gueule... Il a beau être un peu sonné par sa première opé à 2500 greffons et avoir un gros pansement à l'arrière du crâne, on ne sait jamais ! :mrgreen: Il s'avèrera par la suite que l'énergumène a confondu piqûres anesthésiantes et extractions ! Ah ah ah ! En fait, l'anesthésie n'ayant pas été assez efficace pour lui, il a ressenti les extractions, alors que ce ne doit pas être le cas. Pensant toujours subir ses piqûres anesthésiantes, il ne se plaignait pas ! :lol: Je te l'avais dit amigo que je te vannerais sur le forum sur ce point ! laboule, l'homme aux 2500 piqûres anesthésiantes !!! :worship:
Trêve de plaisanterie, si vous ressentez la moindre douleur lors des extractions (ou incisions ou implantations) vous le signalez et de suite vous avez plus d'anesthésiant.

J-1 : petit déjeuner royal à l'hôtel (le restaurant est très bien, excellente cuisine !) puis sport sauna hammam piscine. Melisa me téléphone comme prévu, le chauffeur viendra me chercher à 13h puis s'en suivra ma consultation avec le Dr Erdogan. Melisa sera toujours présente, à l'écoute, professionnelle, joignable au téléphone, via WhatsApp ou autre, attentionnée et adorable, durant cette journée, celles d'intervention et post op. Un des chauffeurs vient nous chercher, votre narrateur, deux jeunes espagnols (la vingtaine et la trentaine), un trentenaire sicilien et un italien du même âge. On fait connaissance dans un des "mini-bus" Mercédès tout confort de la clinique. Le trajet dure à peine 10 minutes. Nous comprenons que nous serons tous opérés en même temps les 2 jours suivants.
Arrivés, de suite, à l'entrée, on nous prie de poser les pieds sur une machine nous entourant les chaussures d'un film protecteur plastique. Concernant l'hygiène et la sécurité de la clinique d'un point de vue médical, chirurgical, je vous laisse vous en remettre au début du post de Mallory, médecin. C'est ici >>> mallory-5004-fue-koray-asmed-t7204.html
Nous sommes immédiatement accueillis par nos coordinatrices-traductrices respectives ainsi que la charmante jeune femme de l'accueil. Là nous sommes installés dans le lobby - salle d'attente, où un duet féminin des plus agréables, piano - violoncelle, joue en live tandis que l'on nous remet des formulaires à remplir tout en nous offrant des boissons, des petits gâteaux et autres mets. Le tout dans un cadre design très moderne confortable. Je remarque qu'il y a des bureaux sur la droite dans lesquelles officient d'autres femmes (encore !) toutes assez charmantes (encore !), administratif, comptabilité, organisation etc. J'apprendrai très vite qu'il y a entre 55 et 60 employés dans les murs. Ceci étant dit, avec 5 blocs opératoires, 5 jeunes femmes par bloc sur votre crâne ou près de vous, avec en plus votre traductrice et son assistante, toujours par bloc, on est déjà à 35. Ajouter le Dr Koray, l'anesthésiste, Umut, les 5 chauffeurs, la sécurité de la clinique, l'administratif, l'entretien, les soins, la cuisine, l'accueil, la "mini équipe" photo et informatique, le compte est bon.

Puis nous sommes séparés. Dans l'ordre j'ai prise de tension, une prise de sang, un électro-cardiogramme, un autre questionnaire santé, puis une séance photos dans un petit studio photo fort bien équipé en lumières et matos pro.
Vient alors le moment de rencontrer le maître des lieux, le docteur Koray Erdogan. Melisa me conduit à un des étages où se trouve son bureau. Quelques secondes d'attente, la porte s'ouvre, l'homme qui va changer mon scalp à tout jamais apparaît, souriant, sympathique : "Hi Lorrènte! (je m'appelle Laurent mais avec l'accent turc, vous avez compris !) How are you? Nice to meet you!" Il sonne vrai, ce n'est pas du bullshit, je le ressens de suite, et ça me plaît. Il me fait rentrer dans son bureau, les photos de ma tête, prises un peu plus tôt, grandes, sont déjà au mur, face à lui, et je vois bien qu'il les a déjà étudiées. Derrière lui, son assistante et presque partenaire professionnelle (ils travaillent ensemble depuis 18 ans), la seule, je le remarquerai, à laquelle il demande son avis sur ses tracés ligne frontale. Il me demande d'entrée ce que j'aimerais qu'il recouvre. Je lui réponds "Tout, mais ma priorité c'est la ligne frontale et le 1er tiers. Bien sûr j'aimerais aussi que vous me remplissiez le vertex au maximum, si possible..." Il se lève, contourne son bureau et vient se pencher sur mon crâne qu'il observe à l'oeil nu mais également avec des lunettes grossissantes, touche, ausculte, mesure dans tous les sens tout en donnant des indications à son "assistante" qui prend des notes. Il me touche également les cheveux, les passe entre ses doigts. L'homme est passionné, cela se sent direct ! Il aime ce qu'il fait. Certes il gagne du fric, la chirurgie esthétique veut cela, on le sait, mais sa priorité number one est la satisfaction de son client. Là aussi cela se ressent de suite. Puis il va se rasseoir et me dit, après un savant calcul qu'il me commente et m'explique mais que je ne comprends pas vraiment (les maths et moi ça fait deux !) que dans l'absolu, il me faudrait 5400 greffons pour une couverture optimale LF + 1er tiers + mid scalp + vertex. En fait c'est en fonction de la zone donneuse, de la superficie à couvrir, du reste de primitifs présents, de la présence de miniaturisés ou non etc. Il ajoute qu'il estime ma zone donneuse à 7900 greffons (après l'étape macro photos et analyses ma ZD sera rehaussée à 8200 greffons) pour un ratio greffon/cheveux de 1,9. Je suis déçu par le ratio, mais bon... (Le lendemain après la première matinée extractions, il se rendra compte que mon ratio est en fait de 2,23, ce qui est une bonne nouvelle). Il me précise que je n'ai pas de miniaturisés ou très très peu, et que j'ai la structure de cheveux qu'il préfère, à savoir, droits mais pas raides, souples. Et que vu ma couleur poivre et sel, avec 5000 greffons la couverture sera excellente. Il ajoute encore que même si je perdais tous les primitifs qu'il me reste sur le scalp en ZR, la bonne nouvelle c'est que vu ma ZD il me restera après l'opération 2900 greffons dispos, et que dans l'absolu il m'en faudrait 3000. Donc à 100 près, on est bon ! Youpi ! :lapinnoir: Surtout qu'en plus ma ZD est en définitive (je me répète) de 8200 greffons.
Il regarde ses notes, prend une calculatrice, tapote et m'annonce qu'il compte m'implanter 3500 greffons en ligne frontale et 1er tiers / 500 sur le mid scalp / 1000 pour le vertex. Je souris et je lui dis que je suis ravi, que c'est exactement ce que j'espérais. Il est content comme tout, et là non plus ce n'est pas du pipeau. Petite parenthèse : je parle anglais, donc je conversais directement avec lui, mais si par moments un mot m'échappait dans un sens ou dans l'autre, je faisais part de ma requête en français directement à Melisa qui lui traduisait aussitôt en turc. Aussi, pour les francophones qui ne maîtrisent pas du tout l'anglais, soyez rassurés, à aucun moment, à quelque étape que cela soit, durant les 4 jours, vous ne vous retrouverez sans votre traductrice coordinatrice ou sa propre assistante francophone également et donc au moins bilingue.

Je dis au doc que j'ai une confidence à lui faire. Il m'écoute, m'interroge du regard. Je lui annonce donc en riant que je suis plus que content, déjà parce que je suis entre les mains d'un des meilleurs chirurgiens au monde dans le domaine de la restauration capillaire (je le pense vraiment), que j'ai toute confiance - il me remercie -, mais aussi parce qu'il vient de m'annoncer le nombre et la répartition dont je rêvais, et parce que de plus, grâce à lui, je viens de gagner une bouteille d'un excellent vin rouge, un Cheval Blanc !" Je lui explique qu'en effet, un ami qui me connaît physiquement (Eli, opéré par De Reys et présent sur ce forum) est persuadé qu'après consultation en live, le doc reverrait sa proposition à la baisse avec seulement 4000 greffons, répartis style 3000 en LF + 1er tiers / 500 en mid scalp / 500 vertex. Alors que j'ai toujours pensé que Koray me proposerait ce qu'il vient effectivement de m'annoncer. Je conclus en levant un poing victorieux à la tennisman souligné d'un "I'm the best!". Il éclate de rire et me serre la main. Un tel début dans la relation me plait beaucoup. J'ai pris mon temps et rencontré plusieurs docs dans mon périple de recherches ces 10 derniers mois, dont certains que je n'ai pas sentis dès les premières secondes, mais là je sais que je ne me suis pas gouré, et c'est l'essentiel à mes yeux.
Il se relève, se penche sur moi et me trace ma ligne frontale. Il prend son temps tout en étant très assuré, puis me prie de me lever et de me regarder dans le miroir mural. C'est parfait ! Je craignais qu'il me propose quelque chose de trop bas (donc greffonophage !), qui n'aurait pas fait naturel sur un homme de mon âge (53 ans) ou au contraire de trop conservateur, ce que je ne voulais pas non plus. Là il se base quasi sur mes primitifs me restant en LF. Je lui dis que j'aime, surtout qu'en plus il m'a également tracé de nouvelles tempes, ce que je souhaitais aussi. Je me permets de lui faire remarquer qu'un de ses deux tracés tempes, côté droit, est beaucoup plus profond que l'autre. Il sourit et me montre que ma perte au niveau des tempes s'est faite de manière asymétrique, d'où sa différence de tracés. Putain ! Ça fait des années que je me reluque le crâne en m'imaginant recourir à la greffe, et je n'avais jamais remarqué ça (le soir même je ne voyais plus que ça ! ah ah ah...!!! :lol: et lui en un coup d'oeil il le repère ! Du coup je suis encore plus en confiance.
Nous parlons de la Finastéride : il me conseille de cesser Finastéride ou Chibro-Proscar (que j'utilise depuis 18 ans : prise de 1,25 mg / jour) pour n'utiliser que l'original, à savoir le Proscar, qu'il va me fournir pour une durée d'un an. Il précise qu'il ne saurait expliquer pourquoi, mais à de nombreuses reprises il a pu constater que chez certains de ses patients cessant le Proscar pour un générique, la miniaturisation de leurs génériques puis leur chute reprenaient. Je prendrai donc uniquement du Proscar. Si dans un an je me rends compte que le Proscar n'est plus assez efficace sur moi, je passerai au Dutastéride.

Nous nous séparons, il me dit qu'on se revoit dans peu de temps pour le tracé "numérotage" de mon crâne, après qu'on m'ait tondu.
Melisa me mène donc à un autre niveau où on me tond la boule (en même temps que mes compagnons du moment espagnols, sicilien et italien) et où on me fait un shampoing. Ensuite je rejoins le coin "studio photo". Une jeune femme (encore !) vient prendre mon crâne fraîchement rasé en mode macro. Puis je la vois qui part s'installer à un ordi, exporte le contenu de son appareil dans celui-ci et commence à faire une estimation plus précise de mon ratio greffons / cheveux, de ma capacité effective en ZD par zones (occipitale, pariétale et temporale), mon diamètre cheveux en microns etc. Elle ne me le dit pas, mais je sais à quelle étape nous en sommes.
Le doc réapparaît, toujours cool et souriant, mais concentré. Il me mesure le crâne à distance avec un appareil que je ne connais pas qui envoie des flashes lumineux (d'ailleurs avant de déclencher, à chaque fois il me prie de fermer les yeux). Idem, les données partent pour l'ordi. Vient alors le moment du tracé définitif. Il prend son temps, recule, observe, revient, efface, retouche, interroge du regard la femme qui était déjà dans son bureau, ils échangent quelques mots, il se rapproche, retouche la ligne frontale, puis se met à m'écrire sur le crâne. Il s'agit de la répartition des greffons par zone. Tout cela sous l'oeil attentif, respectueux voire admiratif d'une dizaine de jeunes femmes (eh oui ! encore !) réparties autour de moi, dans le couloir jouxtant la pièce, ou proches du docteur. Chacune d'entre elle occupe un poste bien précis mais elles sont en quelque sorte en formation permanente en observant le Picasso Turc du tif dans ses oeuvres...
Lorsqu'il a terminé, le doc me serre la main et me dit à demain, pour les incisions qu'il pratique lui-même de la première à la dernière. Puis retour à l'hôtel pour moi, avec un sac confectionné par Melisa, comprenant utilitaires (shampoing et mousse ASMED + 3 boîtes de Proscar pour une durée d'un an, avec un coupe comprimés incluant 2 petites boîtes pour ranger ses doses, + un bob (affreux ! "Koray ! Faites péter des casquettes, noires !") + un oreiller gonflable de voyage en forme de U sur lequel je vais devoir dormir 11 nuits + une poche de gel bleu thermo à mettre au congélateur et à se placer sur le front toutes les heures durant 15 minutes après la première opération et également les jours suivant, pour éviter l'oedème. Egalement dans le sac : un pulvérisateur contenant du liquide ATP à se vaporiser sur ZR dès le lendemain après la première opé, à raison de quelques pschit pschit ! toutes les heures. Ceci durant 4 jours, sans faute) et cadeaux du doc : un petit chargeur de batterie téléphone (vachement pratique, il m'a sauvé la mise dans Istanbul alors que mon smartphone était à plat), une boîte de loukoums, un petit livret classieux des endroits incontournables à voir à Istanbul.

Point important : je m'attendais à devoir dormir assis, mais il n'en est rien. On me le répète bien, et à mes 4 compagnons d'opération également : sur le dos, avec l'oreiller fourni, la nuit première opé + 10 nuits post op. J'avais lu ici de nombreux témoignages de patients devant dormir assis, mais chez Koray, ce n'est pas le cas. Par contre, pour le Sicilien opéré en même temps que moi, lui, oui, a dû dormir assis 4 nuits, parce que en plus de sa greffe FUE classique le Dr Koray lui a fait une réparation de ça cicatrice haut nuque liée à une ancienne FUT. Et là, pas le choix, interdiction d'avoir la cicatrice qui repose sur le matelas.

J2 - Intervention 1 :

07h10 ou 07h20, je ne sais plus, les chauffeurs viennent nous chercher à l'hôtel : en route pour la clinique, située donc à moins de 10 mn de route. Un peu d'appréhension chez mon jeune comparse espagnol, le second espagnol, qui y repasse pour 2000 greffons en LF + 1er tiers après une première greffe il y a quelques années, est assez confiant et relax, le Sicilien également, quant à l'Italien il ne laisse rien paraître. Perso j'ai dormi 02 heures, je suis dans le gaz mais en même temps porté par une énergie liée à l'excitation. J'adore apprendre, découvrir, et là j'entre en territoire inconnu, de manière concrète, même si je connais tout de même assez bien le sujet et que je sais ce qui m'attend. Mais rien ne vaut l'expérience en live !

Arrivés à la clinique ASMED, machine à enrobage plastique pour les chaussures, et nous descendons tous les 5 accompagnés par nos coordinatrices traductrices respectives qui nous mènent à une chambre à plusieurs lits avec casiers vestiaires dans laquelle se trouve déjà une femme qui nous remet à chacun une tenue "pyjama" ASMED. Nous nous changeons et laissons nos vêtements dans les casiers tout en conservant nos chaussures aux pieds. Ensuite direction une jolie salle de resto - salon d'attente, avec feu de cheminée (fake) et de nombreux chauffages infrarouge au plafond en sous-pente. Là, une table petit déjeuner parfaitement agencée nous attend, tandis que dans la pièce adjacente tout le staff féminin (que de jolies jeunes femmes ! Encore !) déjeune, nous envoie des sourires. Problème, on a tous déjà pris notre petit déjeuner à l'hôtel. Perso je mangerai bien à nouveau mais bon, ce sera thé et jus de fruit. Je fais gaffe à ne pas trop boire, j'ai une vessie de cochon d'Inde, après 18 ans de prise de Fina ma vessie fonctionne hyper bien, et je ne tiens pas à avoir envie de pisser toutes les heures sachant déjà que la phase extractions va durer au moins 04h ! Umut, l'anesthésiste, autant nonchalant que sympa (donc très sympa !), vient nous saluer, s'assied avec nous, boit un thé, on discute un peu. Il m'éclaire sur le protocole anesthésie de la clinique, les anti-douleurs etc.

A 08 heures nous sommes chacun dans notre bloc opératoire respectif, après être passé par le stade délestage de chaussures, remplacées par ces horribles trucs en plastique que tout le staff hospitalier de tous les hôpitaux du monde porte aux pieds. Ca me rappelle les chaussures plastiques pour marcher sur les coraux sans se couper les pieds ! Melisa à mes côtés, accompagnée d'Andréa, sa propre assistante, roumaine parlant turc et français, me guide, m'explique le déroulement. 5 jeunes femmes (encore !) masquées, lunettes sur les yeux, bonnet sur la tête (pas bonnet de laine, ni de ski ou de bâtard, hein ! Bonnet de salle d'op quoi...), gantées, blousées, sont déjà en place. Je ne vois que leurs yeux, ce qui explique que par la suite, lorsque je les croiserai dans la clinique le visage et la tête découverts, j'aurai du mal à les reconnaître, exception faite pour Vildan (qui va me faire toutes mes extractions, seule, et procédera à mes implantations en duo avec Melis, chacune se consacrant à une moitié de mon crâne, synchrones et en parallèle. Melis, pas Melisa ! Vous suivez un peu ?! Bon, c'est bien... :D ) exception faite pour Vildan, donc, que je reconnaitrai toujours au premier regard grâce à ses incroyables yeux bleus, 2 lasers venus de l'espace ! C'est elle la "chef" de mon intervention, phase extractions et implantations, puisque concernant la phase incisions, c'est Koray qui s'y colle en personne, à une exception prêt pour une cinquantaine de greffons, j'y reviendrai plus tard et vous expliquerai pourquoi.

On me fait m'allonger sur un "lit" d'opération, sur le dos, mais avec le buste relevé à environ 45°. Il fait froid dans le bloc, Melisa, toujours attentive et aux petits soins, m'apporte une couverture, me couvre, c'est tout de suite mieux. Une des 3 autres jeunes femmes présentes, Gyzem, me place un cathéter dans une veine du bras droit, puis Umut, l'anésthésiste, vient m'expliquer que si jamais les piqûres d'anesthésiant ne me font pas assez effet, il m'injectera un anesthésiant via le dit cathéter. Il prend ma tension, tous va bien, puis accroche le tensiomètre électronique à ma gauche. Dès qu'il reviendra dans la pièce, et il reviendra de nombreuses fois, passant d'un bloc à l'autre, surveillant les 5 patients opérés, il surveillera systématiquement ma tension. Je remarque sur le mur face à moi, en hauteur, un écran en veille, décalé sur la gauche. Je pense à une télé mais non, ce n'est pas ça. Je comprends de quoi il s'agit lorsque Gyzem revient vers moi, baisse ma couverture, déboutonne ma veste de pyjama ASMED en me lâchant d'une voix douce à l'accent turc : "I'm so sorry". "No problem" je réponds, tout en pensant "Faites donc mademoiselle, faites donc..." Puis elle me ventouse le torse à différents endroits, l'écran qui m'intriguait s'illumine, mon rythme cardiaque s'affiche sur celui-ci, avec la courbe, le nombre de pulsations à la seconde etc. Je suis à un peu plus de 70, c'est cool. Durant l'intervention, en me mettant en méditation Anapana (l'attention à la respiration) lorsque je trouverai mon rythme trop élevé (il atteindra parfois entre 80 et 85), je réussirai facilement à le faire redescendre rapidement entre 60 et 65, mon rythme normal au repos.

Melisa est partie voir un autre patient français venant d'arriver pour une consultation je pense, et comme je vous l'ai dit, il y aura toujours dans le bloc soit Andrea, soit Melisa, soit les 2. Ainsi, les 5 jeunes femmes qui gèrent ma greffe ne parlant pas français et très approximativement anglais, n'auront jamais le moindre problème pour communiquer avec moi durant l'intervention. Andrea m'explique que nous allons passer à la phase anesthésie de la zone donneuse. J'appréhende un peu car j'ai lu plusieurs témoignages sur ce forum, dont celui de Kevin91FR qui écrivait que ces piqûres faisaient un mal de chien, ou entendu certains greffés dire la même chose, à savoir que c'était la phase la plus douloureuse et désagréable de toute l'intervention. Notamment laboule, qui avec ses 1m93 et ses 110 ks m'a encore dit la veille au soir après sa seconde intervention, que ces piqûres étaient "horribles" - bon, je n'oublie pas que notre laboule a confondu piqûres anesthésiantes et extractions, donc je ne sais pas trop. :lol:

C'est parti. Alors, oui ce n'est pas super agréable, mais franchement, que ce soit en zone occipitale, pariétale ou temporale, je trouve ça hyper supportable. Ça pique un peu, c'est tout, comme une piqûre d'insecte. En tout je dois en recevoir une quinzaine, pas plus. Je me marre tout seul en me disant que Kevin est une petite chochotte et laboule une grande fiote ! Ah ah ah ! Je rigole les potos ! :wave:
Suit le test d'insensibilité : avec un objet pointu, contendant, que je n'identifie pas, Vildan ou Melis, je ne les vois pas puisqu'elles se tiennent derrière moi, me piquent à différents endroits de la ZD. C'est simple, si je ressens une douleur je le dis, et dans ce cas elles me ré-injectent un peu d'anesthésiant, si je ne ressens rien, on en reste là côté anesthésiant. Andréa insiste bien : si durant l'intervention je ressens des douleurs, je le dis immédiatement et on me pique à nouveau. Si cela ne suffisait pas, c'est Umut qui s'y collera côté cathéter. Je ne m'inquiète pas trop, j'ai une assez bonne tolérance à la douleur.
Melisa réapparaît et m'explique que la position ne va pas être des plus agréables puisque, assis entre 45° et 30°, je vais avoir la plupart du temps la tête penchée en avant, le cou tordu. Un écran suspendu descend devant moi, au pied du lit, et on m'explique que je vais voir en live, sur cet écran, un chrono donnant la durée de l'intervention (nombre de greffons prélevés à l'heure), le pourcentage du type de greffons, le nombre de greffons, de cheveux, leur ratio, pour la zone prélevée ainsi qu'au total, et surtout leur classification : simples, doubles, triples, quadruples, quintuples, sextuples.

Voici comment ça se passe et pourquoi j'ai 3 intervenantes sur le crâne et qu'il y en a 2 assises plus loin derrière moi : la première, la chef de l'intervention, Vildan "Yeux bleus laser" pratique toutes les extractions, donc 2500/jour, tandis qu'à sa demande, Melis me tient fermement la tête à deux mains, l'orientant dans une position et une orientation telles que les souhaite Vildan afin que ses extractions soient facilitées et optimales, tout en m'étirant au maximum, je le sens, le cuir chevelu. Le lendemain je leur demanderai de m'expliquer pourquoi Melis me tend ainsi le cuir chevelu : c'est tout simplement pour que la perforation et l'extraction se déroulent sans le moindre risque d'abîmer ou casser un greffon, tout comme l'orientation de mon crâne a pour but de faciliter la tâche à Vildan selon sur laquelle des 3 zones elle officie. Régulièrement, Gyzem vient prélever les greffons fraîchement extraits que Vildan a déposés sur mon crâne rasé. En fait Vildan m'enfonce le punch manuel (cylindrique et creux pour ceux qui ne connaissent pas) dans le crâne, de sa main droite, effectue un mouvement rotatif (je pourrai observer son mouvement de poignet lorsqu'elle travaillera en zone temporale) extrait le greffon, puis de sa main gauche tenant un mini forceps, elle se saisit du greffon extrait et le dépose alors sur mon crâne. Gyzem, ayant fait récolte, va remettre mes Précieux à la 4ème jeune femme participant à l'intervention. Le travail de celle-ci consiste à placer les greffons dans un liquide amniotique, les laver si besoin est, les trier, puis de les annoncer à voix haute, en turc (à la fin de la journée je savais dire en turc : "Simple, double, triple, quadruple et quintuple" ! mais pas sextuple because 0 !) selon leur type (simple à sextuple) à la 5ème jeune femme qui elle, à chaque annonce, gère une tablette qui envoie en live les infos sur l'écran situé face à moi en bout de lit. Et là je m'éclate, car je jubile chaque fois que je vois des doubles, triples et quadruples, quelques quintuples, m'inquiète un peu parce que je ne vois pas beaucoup de simples et que je songe à ma future ligne frontale, espère voir surgir un sextuple. A ma demande, Vildan explique à Melisa qui me traduit, qu'elle est pour l'instant en zone occipitale, là se trouvent le plus souvent un grand nombre de doubles, triples et quadruples, voire quintuples et même plus. En se déplaçant vers les zones pariétales et temporales, dans la plupart des cas les mutilples diminuent et les simples se font plus nombreux. La position n'est pas des plus agréables car je dois rester le dos quasi droit maintenant et j'ai vraiment la tête penchée en avant avec le cou cassé. Au bout d'une heure, je le dis, on fait une mini pause durant laquelle une de mes intervenantes me fait un petit massage du cou et des trapèzes qui me soulage bien. Puis on me propose un coussin en plastique qu'on me place sous le menton, c'est beaucoup mieux ainsi. Vildan est contente car elle me dit que j'ai un nid hyper fourni en zone occipitale, très dense, avec beaucoup de triples, doubles et quadruples, ce qui participera à une très bonne couverture.
En tout début d'intervention, j'avais demandé à Melisa de dire à Vildan qu'étant poivre et sel, mais ayant sur tout le dessus du crâne beaucoup plus de primitifs bruns que blancs (mes primitifs blancs se situent surtout en zones temporales et pariétales), ce serait cool qu'elle puisse privilégier des bruns pour mes golfes et mon premier tiers lors des implantations. Au cas où elle sélectionnerait une majorité de blancs pour mes golfes, je leur dit que je ressemblerais à un orque ou à un panda, ce que je souhaite éviter. Elles rigolent toutes en me disant qu'elles vont tout faire pour m'éviter cela, mais qu'il faut que je comprenne qu'elles font surtout avec ce dont elles disposent. Coup de bol, elle trouvera pas mal de simples et de doubles bruns en occipitale, en pariétale mais aussi en temporale.
J'ai oublié de vous préciser que j'ai seulement le côté gauche d'insensibilisé et que Vildan pratique ses extractions sur la moitié gauche de mon crâne. La moitié droite ce sera pour le lendemain, lors de ma seconde journée d'intervention.

Lorsque Vildan passe en zone pariétale puis temporale, je m'endors un peu à différentes reprises, comme des micro siestes, surtout qu'elle chantonne doucement en turc tout en pratiquant ses extractions. Dès qu'elle cesse, je lui demande de reprendre si ce n'est pas exagéré de ma part. Elle est ravie. Ses chansons douces et sa voix, agréable, me bercent, j'apprécie. A un moment je ressens la douleur, je tiens bon car je tiens à éviter au maximum l'anesthésiant. Mais quand cela devient trop douloureux, je le dis à Melisa ou à Andrea et de suite on m'anesthésie à nouveau avec des piqûres. Je n'aurai jamais recours à la transfusion via le cathéter. Umut passe souvent, toujours un mot gentil, un sourire, une attention. Idem pour Gyzem, Vildan et Melis. Je suis dans le bloc 4, je les surnomme "The Perfect Team". Ca leur va très bien, elles sont contentes. Elles me renvoient le compliment en me disant que je suis "a perfect patient". :cheers:

Je précise que durant toute l'intervention, Gyzem, en plus de récolter les greffons fraîchement extraits, s'occupera de m'éponger le crâne afin de me débarrasser du sang s'écoulant (je saigne un peu plus que la moyenne me disent les filles, mais ça je le savais, ça a toujours été, même si je cicatrise bien mais un peu lentement) et surtout de me vaporiser régulièrement ce que je pense être de l'ATP sur le crâne. En tous cas ces vaporisations me font un bien fou !

12h15, c'est fini ! 2547 greffons extraits. Vildan a remarqué ce que je savais déjà, que ma zone temporale était beaucoup moins fournie que mes zones pariétales et occipitales. Aussi en fin d'intervention, elle reviendra en zone pariétale et même occipitale, ce dont je me rendrai compte. Idem le lendemain. Tant mieux car comme je l'ai déjà écrit, mes cheveux blancs sont surtout situés en zone temporale.

On me surveille lorsque je me relève car je suis quand même crevé et un peu engourdi. Direction pause pipi avant le déjeuner. Avant de rentrer dans les toilettes, on me fait changer de chaussures "marche sur le corail", puis de nouveau en sortant des toilettes. Sécurité hygiène au top, Mallory avait raison (voir son début de post).

Je me retrouve, seul, dans une petite pièce où m'attend mon repas. On me prévient , je n'ai que quinze minutes. La nourriture est bonne, simple, turque, j'ai faim. Non Eli, tu ne sauras pas de quoi il s'agissait ! :D Umut vient me tenir compagnie, il me dit que chaque met que j'ingurgite viendra nourrir prioritairement mes greffons dans les 4 prochains jours, aussi qu'il est très important de bien manger et de s'hydrater durant cette période. Ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, durant mon séjour à Istanbul, je mangerai bien, de manière variée (sauf pour la viande puisque je n'en mange pas - à part du poulet de temps en temps - mais en me rattrapant sur le poisson), souvent, et boirai beaucoup d'eau. Privé de sport, j'ai grossi un peu durant mes 11 jours, mais je m'en fous, je perdrai en reprenant le sport dans 3 semaines et en faisant gaffe à ce que j'avale.
Sur le mur à ma droite, 5 écrans avec les 5 rythmes cardiaques des 5 patients, dont le mien. Je bouge un peu exprès, je repère quel est mon écran puisque le rythme cardiaque s'accélère. Les 4 autres patients sont encore en ops, je suis le premier sorti. Umut m'apprend que le Dr Koray a les mêmes 5 écrans dans son bureau. Dans 2 mois, ces écrans, ceux de Koray et ceux des blocs seront changés par de nouveaux sur lesquels apparaîtra aussi la tension de chaque greffé. Cela supprimera des fils, ce à quoi tiennent Koray et Umut. Allez hop, un thé noir et c'est reparti, retour en salle d'opération.

12h30, on m'installe sur mon "lit", les 7 filles sont autour de moi, on passe à la phase anesthésie en piqûres sur toute la ZR, puis aux tests, je ne ressens aucune douleur, j'ai juste l'impression qu'on pique dans une biscotte posée sur mon crâne, ça me fait marrer !
On attend le Maître des lieux. C'est lui qui va me faire toutes mes incisions, ligne frontale et 1er tiers. Puis il fera de même sur chaque patient en cours d'intervention. Ça papote, ça plaisante, ça discute, mais quand elles entendent la porte du sas s'ouvrir, toutes au garde-à-vous ! Je discuterai par la suite avec elles toutes, elles ne craignent pas le Dr Erdogan mais le respectent énormément. Elles me disent qu'il est très cool, mais que par contre quand ça gueule, ça gueule, et que c'est toujours justifié. Ce qu'il ne supporte pas, c'est que le suivi des patients en post op, à distance, traîne, prenne du retard. Il ne veut pas de patient inquiet, anxieux, sans réponse. Donc aux coordinatrices assistantes d'assurer côté communication et de transmettre les demandes email des patients à Koray quand ça devient technique. Jamais de problèmes avec les équipes chirurgie. Toutes les filles sont formées par Koray personnellement. Toutes. Et elles ne commencent pas à pratiquer extractions et implantations du jour au lendemain. Ce sont des années d'observation tout en pratiquant les autres postes auparavant et pendant cette période d'observation. Je vous l'ai dit, Koray Erdogan est hyper pro, passionné, impliqué.

Il me fait un large sourire, me gratifie d'un "How are you Lorènte? Everything's fine?" me tapote sur l'épaule amicalement (c'est sa marque d'attention préférée, un peu sa marque de fabrique, "The Koray's touching shoulder" !) Je ne le vois plus, il est derrière moi, mais je l'entends poser des questions à Vildan, en turc, qui lui répond aussitôt. Tout cela semble très précis. Melisa, qui se tient sur le côté, près de moi, me dit que ça va commencer et me prévient que 4 mains féminines vont me maintenir fermement la tête, que c'est essentiel de ne pas la bouger durant que le doc incise. Ce sont donc Vildan et Melis qui se saisissent en effet assez fermement de mon crâne, et l'orienteront à intervalles réguliers de manière tout aussi ferme selon les demandes du doc. On m'a placé sur le front une sorte de visière en gaz de style bandelette rigide afin de protéger mes yeux des intenses lumières qu'on a descendues du plafond. J'ai le temps d'entrapercevoir Koray avec de grosses lunettes spéciales sur les yeux, je pense à un plongeur sous-marin. Il plaisante, rigole, les filles aussi, je me dis que si ça se trouve il se fout de ma gueule, étant donné que je ne comprends rien. En fait j'apprendrai par la suite que le moment des incisions est le seul moment de la journée où les filles se retrouvent proches de lui (mises à parts les réunions quotidiennes et la grosse réunion hebdomadaire), et qu'il leur parle de tout et de rien, de l'actualité, de la clinique, d'elles, de lui. Il semble avoir beaucoup d'humour, ce que j'avais déjà pu remarquer avec moi.

Et c'est parti. Je regarde l'heure, il est exactement 12h35, je m'en souviens fort bien. Je sens la lame en saphir qui me perfore en ligne frontale, bien sûr sans la moindre douleur, à une vitesse et avec une précision incroyables. A intervalles réguliers, Dr Koray demande en turc, "Combien ?" une des filles lui répond. On m'expliquera plus tard que tout le monde compte en même temps dans sa tête, mais que c'est surtout le rôle de l'une d'entre elles. Koray compte en parallèle et ils doivent être raccord. Il s'agit d'un décompte, de 2500 à 0. Je regarde l'horloge murale en essayant d'imaginer combien de temps il va mettre à me perforer le crâne 2500 fois et là, Boum !!! je m'endors comme une masse, direct ! Chaque fois que les 4 mains féminines me tournent la tête, ça me réveille puis je replonge aussi sec dans les bras de Morphée. Je paye ma nuit de 2 heures de sommeil. J'entends à peine les demandes de Koray et les réponses de celle chargée de la vérification du décompte. D'un seul coup, Koray et les 7 filles crient toute en coeur "Zéro !" en turc, je me réveille pour de bon. Je regarde l'horloge, il est précisément 13h03. Koray m'a fait 2500 incisions en 28 minutes ! Soit un peu plus de 89 incisions à la minute ! Montre en main. Enfin, plutôt "horloge au mur". Il vient vers moi, me sourit, me tapote l'épaule, me demande si ça va, je lui dit que oui, il me dit qu'il vérifiera lui-même les implantations lorsqu'elles seront terminées. On se sert la paluche, ils sort.

{Petit aparté >>> quand les patients passent d'une étape à une autre, chaque groupe (chauffeurs, accueil, les 5 teams chirurgie, assistantes, coordinatrices-traductrices etc.) est immédiatement informé de tout ce qu'il se passe pour chaque patient. Ils communiquent en permanence via tablette et smartphone au sein même de la clinique et Koray, lui aussi, est informé en live de tout ce qui concerne l'évolution du process pour chaque patient au sein de la clinique. Tout est raccord, synchrone. Super organisation, rien n'est laissé au hasard.}

Le lendemain, lors d'une discussion avec Umut, alors que je lui fais part de ma sidération face à la vitesse d'exécution et à la rapidité avec laquelle le docteur incise, celui-ci m'apprendra que le Docteur Wong, grand ponte spécialiste de la FUT officiant à Vancouver BC, Canada, déclare souvent que le docteur Erdogan est le plus rapide et le plus précis de tous pour les incisions.

Une nouvelle pause pipi et c'est parti pour les implantations. Vildan souhaite savoir dans quel sens je me coiffe. Je lui réponds que j'ai eu le crâne tondu de 1996 à fin 2017, ne supportant plus mon côté poulet déplumé de la ligne frontale et du premier tiers (non, je ne sais pas dire ça en turc !), que je n'ai donc aucune idée de la manière dont je me coifferai lorsque j'aurai eu une repousse dans quelques mois. Elle me demande tout de même si ce sera plus vers la droite ou vers la gauche. Je lui dis que ce ne sera ni l'un ni l'autre, que je déteste les raies et qu'une coiffure orientée gauche ou droite ce ne sera jamais mon truc, que je privilégierai une coiffure floue, un peu en pétard. J'ajoute que naturellement mes cheveux sur le dessus du crâne partent vers l'avant. Elle l'avait remarqué sur mes photos avant tonte, elle implantera donc légèrement vers l'avant. Andrea m'explique que la phase implantation sera plus rapide que celle des extractions, car elles seront deux à implanter : Vildan à ma droite, Melis à ma gauche. Nous y voilà... On me vaporise le crâne d'un liquide bleu fluo venu de la planète Pandora, qui aide les filles à mieux voir les incisions. On me demande si je veux regarder un film ou autre chose à la télé, oui je veux bien puisque je suis privé du visionnage décompte en live du matin, qui m'avait fait bien kiffer ! Avant d'attaquer, Vildan me montre le fameux implanteur KEEP "Erdoganien"(cousin du Choï) m'explique comment il fonctionne avec un de mes greffons en démo, et zou ! Ça implante côté Vildan comme côté Melis !
Et me voici face au même écran, cette fois-ci transformé en écran télé sur lequel défilent des bandes annonces de longs métrages puis des clips turcs (un grand moment, surtout ceux de rap !) ainsi que des compilations de gags et caméras invisibles. Vildan commence à chantonner doucement. C'est une berceuse à mes oreilles... Je m'endors.

Lorsque je me réveille, il est 15h30, c'est presque fini. Je demande si j'ai ronflé, vu la position, elles me font croire que oui, fort, j'ai honte, mais en fait elles déconnent, pas du tout. Andrea me dit que l'on va de nouveau effectuer quelques tests d'insensibilité, car il reste quelques incisions à faire et autant de greffons à implanter. Je ne comprends pas... Il s'agit de mes 47 greffons bonus ! Pourquoi le doc n'a-t-il pas fait lui-même ces 47 incisions bonus ? surtout vu la vitesse à laquelle il incise, je ne sais pas et je n'ai pas songé à demander par la suite. C'est donc la "bras droit" de Koray, celle à laquelle il demande son avis pour les lignes frontales, apparemment la seule qu'il écoute sur ce plan, avec laquelle il bosse depuis 18 ans, et surtout la seule dans toute la clinique à part lui à être habilitée à pratiquer des incisions (et encore, seulement pour les bonus m'apprend-on), qui va me faire ces 47 incisions. Il me semble que son prénom c'est Dilek mais je n'en suis pas sûr, peut-être que je confonds avec le prénom de celle qui planifie toute la logistique en interne. Le test d'insensibilité" effectué, la femme en question vient donc me faire 47 incisions bonus, surtout en pourtour de la zone 1er tiers me semble-t-il, d'après perception, puis Vildan et Melis implantent.

Plein de Pschit ! Pschit ! Pschit ! sur le crâne, un gros pansement de style couche culotte nouveau né sur l'arrière de la tête et c'est fini ! J'ai passé 07 heures 15 sur le billard. Je dis au revoir à ma Perfect Team, on se dit à demain, Melisa me conduit dans la salle où j'ai déjeuné, dans laquelle je récupère mes vêtements et chaussures, je me change, on repasse par l'étage des soins et là je constate qu'il me manque la partie arrière de mon premier tiers, encore à faire, soit 1000 greffons, en plus des 500 prévus pour le mid scalp et des 1000 pour le vertex, soit les 2500 prévus le lendemain. Le docteur Erdogan réapparaît accompagné de Vildan que je reconnais à ses yeux. Suivent Melis et Gyzem, que je ne reconnais pas de suite sans leur accoutrement du bloc, elles ont toutes les deux les cheveux "rouges", les seules de la clinique d'ailleurs. Koray se penche sur ma zone implantée, observe, écoute ce que lui dit Vildan qui lui montre du doigt différentes parties de ma zone greffée du jour. Je reconnais les mots turcs qui veulent dire "simple, double, triple", il acquiesce, lui pose une ou deux questions, elle lui répond. Il sourit, il a l'air content. Il me dit : "It will be very good". Puis il repart. Cet homme n'arrête jamais de bosser. Passionné je vous dis !

De nouveaux venus se font tondre, d'autres ont des tracés bleus en ligne frontale, certains passent à l'étape photos. Melisa me rappelle bien de ne pas oublier de me vaporiser de l'ATP à raison de 3 ou 4 pulvérisations toutes les heures, et de me mettre la poche bleue glacée sur le front toutes les heures également, en évitant bien de toucher les greffons de la ligne frontale avec. Pas de soucis. L'ATP se sera le double de vaporisations toutes les heures. Mieux vaut prévoir que guérir, ne dit-on pas ?

De retour à l'hôtel, je teste l'oreiller gonflable, déjà je n'aime pas sa gueule ni sa structure. Je suis les conseils de Melisa, à savoir lui passer un tee shirt afin qu'il ne me blesse pas les joues, le cou ou les oreilles durant la nuit. Ah ah ah ! Je le surnomme Wilson, comme le ballon de Tom Hanks dans "Cast Away - Seul au monde", de Robert Zemeckis, naufragé sur son île déserte avec un ballon comme seul compagnon. Comme j'ai le gros pansement qui me protège l'arrière du crâne, je ne sens rien. A peine allongé je m'endors, je pionce près de deux heures. La dernière nuit de 02 heures et celle d'avant de 04 heures au max m'ont vraiment vanné. Et l'intervention aussi, certainement. Besoin de récup, le Nagualito !

Je dîne seul au resto mais après le repas je retrouve les Espagnols et le Sicilien. On échange sur notre expérience de la journée, nous sommes tous d'accord sur la qualité des soins, le niveau au top de la clinique, de son staff, de l'hygiène, de l'organisation, et surtout nous sommes tous scotchés par la vitesse et la précision de Koray pour inciser. On se sépare en sachant que l'on se retrouve le lendemain, sauf le plus âgé des 2 espagnols qui n'avait que 2400 greffons à recevoir en tout. Mais il sera remplacé le lendemain par un suédois que j'ai vu se faire tondre un peu plus tôt et qui lui aussi aura seulement une journée d'intervention, à 2500 greffons.

J'ai adoré cette première journée, j'ai appris plein de trucs, un peu l'impression d'être redevenu un enfant dans un parc d'attractions. Je me dis que je suis un peu secoué mais ça je le savais déjà. Message WhatsApp de laboule qui est de retour chez lui. Après s'être mis la tête (ligne frontale) dans l'abat-jour suspendu de sa chambre d'hôtel le soir de sa première intervention (il avait saigné mais dès son arrivée à la clinique le lendemain, l'équipe avait checké et aucun greffon n'avait été touché), il s'était cogné le crâne dans le montant de portière du mini bus Mercedes de la clinique en la quittant pour l'aéroport juste après ses soins le dernier jour - là, retour à la clinique et remise en place des greffons touchés en urgence - puis dans l'avion il s'était écorché l'arrière du crâne, niveau vertex, contre le haut de son siège, et enfin chez lui il se flanquera à nouveau le haut du crâne dans les poutres de son grenier. Malgré tout, plus de peur que de mal. Ouf ! Du coup je me dis qu'il va me falloir faire vraiment attention. Moins d'un quart d'heure plus tard je veux prendre mon iPhone posé sur la table de nuit à droite de mon lit, je suis debout, je me penche en avant et BIM !!! Je me colle la gueule dans ce putain d'abat-jour, exactement comme laboule, au niveau de la ligne frontale tout juste greffée ! Panique, je cours dans la salle de bains, je me regarde dans le miroir, et merde ! Je saigne ! Ça a cogné frotté sur un demi centimètre de profondeur, en plein milieu de la ligne frontale, au niveau de la pointe ! Je suis vert. Je me vaporise d'ATP et m'essuie délicatement le front. Au bout de quelques secondes je ne saigne plus. Je m'arme de la glace hyper grossissante accrochée au mur près du lavabo, je scrute attentivement, aucun greffon ne semble touché. N'empêche, ça m'inquiète, je m'en veux, j'ai du mal à m'endormir. Bilan, je ne m'endors pas avant 03h30 du matin... D'un seul coup je me réveille en sursaut, je vois une dame qui se tient dans l'entrée de ma chambre et me dit à voix assez haute, fort accent turc : "Mister ! Mister ! Time wake up !" Je suis complètement dans le gaz, je ne comprends rien, je ne sais plus où je suis, j'ai cet oreiller à la con, le surnommé Wilson, autour du cou, mon iPhone chante et joue - "Sign of the Times" by Prince :afro2: Les téléphones sur la table de nuit et sur le bureau sonnent, il est 06h20, j'avais tout réglé sur 06h15 pour les alarmes, ça sonne et chante depuis 05 minutes, je n'ai rien entendu ! KO ! Cette femme est la femme de ménage de l'étage, je la verrai souvent par la suite, et elle a été envoyée par la réception, soit parce que je ne répondais pas au tel, soit parce que mes 2 alarmes avaient réveillé mes voisins, je ne sais pas vraiment ! Je recouvre mes esprits, je la gratifie d'un "Yes, understood, thank you!" Une douche et un petit déj plus tard (exactement le même menu que celui de la veille, Eli!) et c'est reparti pour la clinique ! En pleine forme, je vous raconte pas !

Message à tous les futurs greffés de chez ASMED qui séjourneront à l'hôtel Radisson Blue : FAITES BIEN GAFFE A CE PUTAIN D'ABAT-JOUR DE LAMPADAIRE QUI SE TROUVE ENTRE LE LIT ET LA FENÊTRE ! L'ABAT-JOUR EST GRIS FONCÉ, LE DOUBLE-RIDEAU AUSSI, A LA NUIT TOMBÉE S'IL N'EST PAS ALLUMÉ, ON NE LE VOIT PAS ET ON SE FOUT LA GUEULE DEDANS EN SE BAISSANT !!! FUCK OFF!!! :evil:


J3 - Intervention 2 :

Exactement le même déroulement que la veille à ceci près :

- Au début de ses incisions, alors que je m'attendais à ce qu'il attaque direct la fin de mon premier tiers puis mon mid-scalp pour finir par mon vertex, le doc m'incise à différentes reprises (une cinquantaine de fois me confirmera-t'on plus tard) en ligne frontale. Je comprendrai par la suite en comparant des photos de la veille au soir et de ce jour, qu'il a décidé de me faire quelques petites irrégularités en LF, afin de lui donner un aspect naturel. Rien à voir cependant avec les dents de scie que pratiquent différents docs. Il accentue ainsi surtout du côté droit car, j'en suis sûr, le bougre a repéré que j'ai quelques primitifs survivants sous ma ligne frontale implantée, côté gauche mais pas coté droit... Bien sûr, Vildan et Melis implanteront en commençant par ces incisions là.

- Cette fois je ne dors pas durant les incisions Erdoganiennes ! Et je surveille le timing : 35 minutes pour 2500 greffons, soit 71 greffons à la minute. Un peu plus long que la veille car il prend plus de temps pour inciser le vertex en respectant le sens de son tourbillon, dans le sens des aiguilles d'une montre.

- Vildan et Melis mettront elles aussi un tout petit peu plus de temps pour implanter le vertex, toujours pour respecter son tourbillon. A 15h30 c'est fini, j'ai 5047 greffons sur la tête. Sympa ces 47 greffons offerts !

- J'apprends une chose qui m'avait échappée : dans chaque bloc, derrière chaque patient, au niveau de son crâne, à la tête de chaque "lit", à une distance que j'ignore (moins de deux mètres je présume) se trouve une caméra. Ce qui nous donne 5 caméras, reliées à cinq écrans ou du moins à un écran splitté en 5 parties, situé(s) dans le bureau du doc, sur le(s)quel(s) il peut donc regarder et surveiller, au greffon prêt en zoomant. Big Brother is watching you! Tant mieux, ceci étant dit.

- Autre information que mon séjour prolongé et ma fréquentation de la clinique m'ont permis de capter : on n'atterrit pas par hasard dans le bloc 1, le 2, le 3, le 4, ou le 5 chez ASMED, avec telle ou telle équipe chirurgicale. Après vous avoir ausculté le crâne et les cheveux le premier jour, lors de la consultation, le Dr Koray vous remet entre les mains de l'équipe qui fera les extractions et les implantations en fonction de votre style de peau, de votre cuir chevelu et de votre type de cheveux. Dans mon cas, peau normale à tendance souple et cheveux raides mais souples, il m'a placé entre les mains de Vildan et Melis car il les sait à l'aise avec ce type. Il ne leur aurait pas confié un patient à cheveux ondulés et peau du crâne dure par exemple.

- Avant de quitter la clinique, même rituel que la veille, Koray et Vildan viennent checker mon crâne après que l'on m'a aspergé d'ATP, sur la ZR of course. Le doc vient de faire la même chose, accompagné de la "chef" du bloc de l'Italien, avec ce dernier qui semble un peu de mauvaise humeur et demande s'il est sûr que sa greffe sera une réussite, à 100 %... Koray lui répond : "I'm sure at one hundred and ten per cent". Ils se serrent la main. Quand il a fini son inspection avec moi, je lui demande en imitant l'attitude de l'Italien (qui se marre) s'il est sûr que ce sera une réussite, à 110 %... Sa réponse : "I'm sure at one hundred and twenty per cent!!!". On se serre la main en riant, il me souhaite un bon retour en France et me demande de ne pas oublier de faire suivre des photos à J 10. Il peut compter sur moi.

- La "chef shampouineuse et soins" me donne un autre shampoing que l'officiel ASMED que l'on ma déjà fourni, à utiliser à partir du dimanche. Elle me donne celui-ci car des petites boules de liquide orange me sont apparues sur le crâne depuis la veille au soir et que cela continue. Pas d'inquiétude, c'est le liquide anesthésiant qui refait surface. Ce nouveau shampoing sur le flacon duquel tout est écrit en turc mais qui est fabriqué en Allemagne, est plus hydratant et mieux adapté à mon cas. Parfait !

- Melisa me dit que le chauffeur viendra me chercher à 15h à l'hôtel le lendemain, pour mon premier soin hydratant et mon premier shampoing à la clinique, qu'il faut que je prenne mes bagages avec moi puisque mon transfert à l'aéroport s'effectuera directement depuis la clinique. Je décolle à 20h20, ça va, je serai largement en avance, mais n'oublions pas que le traffic à Istanbul, c'est un peu un enfer. Franchement Paris et le périphérique (même Nord, un vendredi soir) c'est de la rigolade à côté ! :lol: Quant à la conduite des Stanbouiliotes, surtout des chauffeurs de taxis... Ah ah ah !!!! Un truc de ouf ! Il se collent au cul, ils doublent à droite, grillent les feux, klaxonnent comme des dinguent, pilent, zigzaguent, mais ma foi assurent...

- Au moment de remonter au rdc et de sortir, je demande à Melisa : "Si je décide de rester quelques jours de plus, aurai-je droit chaque jour de la semaine prochaine au soin hydratant et au shampoing ?" Sa réponse est de suite affirmative, il n'y a aucun soucis, un chauffeur viendra me chercher chaque jour à l'hôtel, me conduira à la clinique où je bénéficierai des soins (sauf dimanche, jour de fermeture) et me ramènera ensuite à l'hôtel. Tout cela sans le moindre surcoût. Je serai prévenu chaque soir de l'heure pour le lendemain. Elle me demande juste de lui confirmer ma décision avant 22h. Il n'est que 16 heures, ça me laisse le temps de checker avec Turkish Airlines et de voir avec le staff de l'hôtel si c'est possible et combien ça me coûtera en plus. Je n'ai pas envie de rentrer, j'ai envie de vivre ma post op tranquille à l'hôtel, de bénéficier des soins à la clinique, et surtout de visiter vraiment Istanbul. De plus, j'ai pris mon ordi portable avec moi ainsi qu'un câble mini display HDMI, je peux bosser dans ma chambre en reliant le MacBook à l'écran télé, ce qui me permettra de bosser assis sur le lit, sans avoir à baisser la tête, ce qui n'est pas recommandé car cela favorise l'oedème.

- Arrivé à l'hôtel je parle avec le staff à l'accueil du Radisson Blue, je leur demande combien cela me coûterait de rester une semaine de plus, et là, surprise, ils m'annoncent que je conserve la même formule qu'ils ont comme deal avec ASMED, que je n'aurai pas d'augmentation comme je m'y attendais, soit 80 € la nuit, petit-déjeuner compris. Je remercie mon interlocuteur, et en plus c'est lui qui me remercie de m'intéresser à Istanbul et de prendre la décision de rester plus longtemps pour visiter la ville et ses alentours.

- Dans ma chambre, j'appelle Turkish Airlines, comme un crétin je n'ai évidemment pas pris l'option annulation ou changement de vol et en plus je suis passé par une agence en ligne parce que le site officiel de TA était planté le soir où j'ai pris mon billet, ce qui fait que je devrai payer mon aller simple pour le retour, en plus de mon billet aller-retour déjà payé. Tant pis... Je trouve un vol en classe éco pas trop cher pour le vendredi suivant à la même heure, dans la soirée, ce qui me laisse 6 jours pleins en plus sur place. Je préviens Melisa, tout est ok. Je suis très content !

- Le soir je dîne en compagnie du Sicilien. Au fil du repas, en s'observant mutuellement, on se rend compte tous les deux que nos têtes changent ! On commence à ressembler à des Bélugas (les gros dauphins blancs avec un front tout cabossé, pour ceux qui ne connaîtraient pas) Dès la fin du repas, on file dans nos chambres respectives pour, l'un comme l'autre, se mettre la poche de gel bleu congelé sur le front et les tempes, gel que l'on confie chaque jour au staff de l'hôtel afin qu'ils nous les mettent au congélateur (réfrigérateur dans les chambres mais pas de compartiment freezer). Par contre, machine à glaçons à chaque étage, ce qui me sera très utile dans les jours qui vont suivre, vous comprendrez bientôt pourquoi ! :fleuvounet:


J4 - Premiers soins et shampooing :

Le samedi, le chauffeur vient nous chercher avec Carlo, le Sicilien, et Jaine le jeune Espagnol Madrilène, nous allons avoir nos premiers soins à la clinique. On nous retire nos pansements et suivent soin hydratant avec la mousse spéciale ASMED, puis le shampoing, avec le spécial anti boules oranges dans mon cas. Putain que c'est bon ! Bien que j'aie le crâne comme un bloc de bois qui ne m'appartiendrait pas, l'eau froide et les douces mains de la jeune femme, très jolie (oui, encore, je sais, c'est écoeurant !) qui s'occupe de ma tête, me font un bien fou. J'enregistre bien tout le déroulé pour ne pas faire de connerie le lendemain matin, quand je vais faire ça tout seul, cause de Jour du Seigneur. Ensuite séance photos pour tout le monde, comme celles du départ, mais avec le crâne greffé et sans pansement donc. Puis on nous remet les instructions post op, une feuille bilan complet ainsi que tous les éléments dans une clé usb ASMED. Tout est ASMED, sauf mon shampoing spécial. Je vérifierai sur mon ordi à l'hôtel, il y a toutes les photos prises à la clinique, les stats, les analyses de mon crâne, de ma ZD, de la greffe, le détail pour chaque zone donneuse et même les photos prises par moi que j'avais fait parvenir au fil des mois à Melisa depuis septembre !
54 ans
Minoxidil de 1988 à février 2019 (2% puis 5%) 2 x jour
Finastéride 5mg depuis 2000 - 1,25mg 1 x jour
Intervention Dr Koray Erdogan février 2018 : 5047 FUE
http://www.international-hairlossforum.com/post135750.html#p135750

Avatar de l’utilisateur
Messages: 260
Inscription: 02 Juin 2017, 08:48

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar jeje353 » 06 Jan 2019, 18:23

effectivement ca doit foutre les boules, je pense qu'en laissant pousser ca masquera ce manque de densité. Donc koray next

Avatar de l’utilisateur
Messages: 624
Inscription: 03 Avr 2017, 22:13

Re: NAGUALITO : 5047 FUE - Dr Koray Erdogan (22-23/02/2018)

Message non lupar Nagualito » 06 Jan 2019, 18:27

jeje353 a écrit:effectivement ca doit foutre les boules, je pense qu'en laissant pousser ca masquera ce manque de densité. Donc koray next



Hello ! Non, au contraire, plus je laisse pousser plus ça fait perte de cheveux style diffuse. C'est une erreur de penser que la longueur masque le manque de densité, dans mon cas quoi qu'il en soit. Pas assez de greffons sortis. Pour que ce soit bien, c'est coupe très courte entre 3 mm et 1 cm, grand max.

Je ne tiens pas Koray pour responsable. Il m'a reçu, a étudié mon cas, a pratiqué les incisions et son équipe a effectué extractions et implantations sur moi. Ils (Koray le premier) ont fait cela des centaines de fois. Dans bien des cas, les résultats sont top (voir sur ce forum d'ailleurs). Pourquoi chez moi le résultat ne l'est-il pas ? (et je ne suis pas le seul dans ce cas, quel que soit le doc) je ne sais pas. Il n'y a pas de réponse.
54 ans
Minoxidil de 1988 à février 2019 (2% puis 5%) 2 x jour
Finastéride 5mg depuis 2000 - 1,25mg 1 x jour
Intervention Dr Koray Erdogan février 2018 : 5047 FUE
http://www.international-hairlossforum.com/post135750.html#p135750

PrécédenteSuivante

Retourner vers Témoignages de patients

Qui est en ligne

Utilisateurs enregistrés: Bing [Bot], Doro, Google [Bot]